TITRE : Hex Hall, le sacrifice

AUTEUR : Rachel HAWKINS

EDITIONS : Albin Michel WIZ

Résumé

Sophie est bel et bien un démon de la pire espèce. Bien que très peinée, elle commence à prendre goût à son statut maléfique quand le Conseil décide de lui retirer ses pouvoirs. La voici à la merci de ses pires ennemies, les Brannick. Cependant, ces dernières se montrent assez aimables, lui faisant même une révélation stupéfiante : elle seule peut faire face à la guerre qui se profile. Mais comment combattre sans pouvoirs ? Il n'y a plus qu'à retourner là où tout a commencé. S'il y a un endroit où il reste un peu de magie noire, ce ne peut être qu'à Hex Hall !

Mon avis

J'avais tellement hâte de connaitre la fin de ce récit que j'ai bouclé ma lecture en pas 3 heures... Sophie se retrouve dans une drôle de position. Elle est folle amoureuse d'Archer, membre de l'Oeil l'un des ennemis jurés des Prodigium (rassemblant les créatures telles que les sorciers, les démons, les vampires ou encore les fées), et pour combler le tout là voilà chez le second ennemi, les Brannick, qui se trouveront être... chut je ne le dirais pas !

Nous poursuivons la folle épopée de Sophie qui retrouvera ses amis et sa famille pour une ultime bataille finale et éviter une guerre entre les Prodigium et les autres. Ils se retrouveront tous à Hex Hall où leur troisième ennemi leur fera face ! Comme d'habitude Rachel HAWKINS met en avant sa plume burlesque tout en ne négligeant pas la notion de danger et d'urgence de l'histoire...

Nous découvrons des secrets enfouis, on nous dévoile le passé de certains personnages, beaucoup de réponses sont données... mais pas toutes. Qu'est ce que cela peut bien signifier ? Certes ce ne sont pas de grandes questions mais tout de même... Le final de cette histoire est tel qu'on peut le souhaiter ou presque... J'avoue que je le trouve un peu rapide et classique même si on perd un personnage attachant ! 

Je me suis régalée à lire cette trilogie. J'adore la littérature jeunesse pour sa fraîcheur, le fantastique pour mon propre plaisir imaginaire, et cette histoire m'a plu pour toutes ses raisons en sus du principal : le fil conducteur !!

Mais bon sang, encore ce chat noir sur la couverture !!!!

hex hall 2