TITRE : Les Vampires de Chicago

Tome 9 - Mors un autre jour

AUTEUR : Chloé Neill

EDITIONS : Milady

Résumé : 

Une magie étrange et perverse frappe la Meute des Grandes Plaines. Gabriel Keene, le Meneur de la Meute, se tourne vers Merit et son Maître, Ethan Sullivan, pour leur demander de l'aide. Qui peut bien être assez puissant pour surpasser la magie des métamorphes ? Pour le découvrir, Merit devra percer bien des mystères et affronter des ennemis dont elle ne soupçonnait même pas l'existence.

Mon avis

J'avais une telle hâte de retrouver Merit et Ethan que je me suis plongée dans ma lecture sans reprendre mon souffle (ou presque pour dormir)... J'avais été légèrement déçue par le tome précédent qui manquait d'actions et de rebondissements selon moi. Dans le tome 9, Chloé Neill s'est bien rattrapé....

Comme à son habitude, Mérit doit dénouer une affaire d'enlèvement de créatures surnaturelles et se retrouve face à des êtres qui ne devraient être que mythiques.... Ethan est recherché par le nouveau maire qui désire en faire un exemple et doit se cacher chez les métamorphes ce qui ne l'enchante guère ! Bref, je suis les aventures de ce couple hors normes avec un plaisir immense. Leur relation est intense, fusionnelle et lire leurs étreintes donnent des frissons...

Evidemment on retrouve tous les personnages clés de cette saga et deux nouvelles interrogations se posent ! L'une déjà évoquée dans les tomes précédents et qui concerne une vision de Gabriel, le chef de meute des métamorphes (pour ceux qui n'ont pas lu cette saga, je n'en dirais pas plus), l'autre concernant Ethan et dont je me doutais que tôt ou tard la question se poserait... Ethan, cet homme de poigne et d'honneur, ne pouvait pas se contenter de quitter le PG en laissant tous les vampires dans une situation dégradante !

La fin de ce tome 9 ne peut que me donner envie de lire le tome 10 qui est sorti aux Etats-Unis le 5 août !

Petit extrait :

Ensemble, les magies tourbillonnèrent et dansèrent autour de nous, invisibles mais tangibles, comme une brise chargée d'électricité. Elles n'avaient rien de défensif ni d'offensif. Elles ne visaient pas à obtenir des informations, à accomplir des objectifs stratégiques ou diplomatiques, ni à combattre un ennemi surnaturel.
Elles étaient, tout simplement.
Fondamentales, inexorables ; tout et rien, l'infiniment grand et l'infiniment petit, du feu formidable des étoiles eux électrons qui vibraient dans un atome ; la vie, la mort et tout ce qui existait entre les deux ; l'envie de se battre, de grandir, de voler et de nager ; l'eau cascadant sur les rochers, la lente avancée des glaciers, la marche du temps.

vampires de chicago 9