007 - Copie

TITRE : Opération Lupo Rosso
AUTEUR : Gilles Milo-Vacéri
EDITIONS : VFB Editions

Résumé

Adriano Massarelli et Vito Borghese sont nés en 1924. Vito est le fils unique du capo di tutti capi, le Parrain qui représente Cosa Nostra en Sicile. Adriano, dont les parents sont décédés, est élevé par Zio Marcello et son épouse, métayers du Parrain. La merveilleuse période de l’enfance, faite de défis, de bagarres et des premiers dangers, soudera une amitié indéfectible entre Adriano et Vito. Quand la guerre éclate, les deux amis ont à peine vingt ans et ils prennent la tête d’un groupe de résistance pour lutter contre la barbarie fasciste et nazie jusqu’au débarquement des alliés, en 1943. Après le décès de Don Alessandro Borghese, Vito devient le nouveau Parrain de Cosa Nostra. Si Adriano lui pardonne son implication dans la mafia, une rivalité féminine, l’assassinat barbare de Zio Marcello par les chemises noires puis des accords sur un trafic de stupéfiants vont avoir raison de leur amitié. Adriano quitte la Sicile et suit un colonel de l’O.S.S. pour continuer la campagne d’Italie. Vingt ans après, la French Connection bat son plein grâce à Cosa Nostra, installée en Sicile comme aux États-Unis et la mafia corse, en France. Les Américains identifient l’un des principaux fournisseurs de drogue : Don Vito Borghese, le nouveau parrain de Cosa Nostra. On demande aux autorités italiennes de faire le nécessaire pour mettre fin à ces exportations dramatiques de stupéfiants. C’est ainsi qu’est mise en place l’opération Lupo Rosso. Mais Lupo Rosso est surtout le nom de code de leur meilleur agent du Service Action… Le colonel Adriano Massarelli ! L’amitié sera-t-elle plus forte que la guerre entre mafia et justice ? Et Vito Borghese, pourra-t-il choisir entre le serment de l’omertà et une amitié perdue depuis vingt ans ? De plus, une sombre énigme appesantit le passé déjà bien lourd du clan Borghese. En Sicile, les squelettes ne restent jamais dans les placards et l’on finit toujours par les déterrer. Même quarante ans après…

Mon avis

Voici la troisième œuvre de Gilles Milo-Vacéri que je prends plaisir à découvrir ! Je confirme mon coup de cœur d’auteur. La plume est toujours aussi précise, fluide et entrainante. On débute la lecture, et il est impossible de lâcher le récit des yeux. Les mots défilent, les personnages se dévoilent et on entre dans cette histoire comme le ferait un témoin proche.

Le roman se déroule en deux parties principales. La première (de 1924 à 1943) se concentre sur la naissance de l’amitié de deux jeunes garçons : Vito Borghese, fils d’un parrain de la mafia sicilienne, et Adriano, élevé par Marcello Massarelli, métayer d’Alessandro Borghese. Les deux jeunes garçons grandissent en faisant les quatre cents coups ensemble. Puis la guerre arrive avec son lot de faschites, de nazis, et les deux jeunes hommes entrent dans la Résistance. Après une grosse opération synonyme de l’arrivée des américains, Marcello découvre que son ami est bien plus impliqué dans la Mafia qu’il ne le pensait. Après la mort d’Alessandro, Vito prend la tête de la Cosa Nostra et devient le capo di tutti capi..
La seconde partie se déroule en décembre 1964. Marcello a quitté la Sicile après l’arrivée des américains et travaille comme agent sous nom de code Lupo Rosso. Sa mission : en finir avec le trafic de drogue de la Cosa Nostra en association avec la mafia corse. Son ami est à la tête de l’organisation. Il fera tout pour détruire le trafic tout en tentant de sauver la mise à Vito et à sa famille…

« Adriano était appuyé contre une des voitures de la milice et il ne quittait pas les prisonniers du regard. Un reflet attira plusieurs fois son attention. Quelque chose brillait au cou d’un des hommes et les miliciens ne portaient pas de plaques militaires. Il se leva tranquillement et s’agenouilla devant lui. Il prit ce qui semblait être un collier et revint lentement vers la voiture où Massimo veillait, l’arme à la main. A mi-chemin, il s’arrêta, perdu dans l’examen de ce qu’il tenait dans sa main droite puis reprit sa marche, sans relever une fois le visage.
Devant Massimo, il tendit la main vers son lieutenant.
- Garde-moi ça, s’il te plait Massimo ;
Le résistant contempla Adriano et prit peur. Son regard était celui d’un fou ! Il examina alors à son tour ce qu’il avait récupéré au cou du milicien. Une simple chaînette en or au bout de laquelle était attachée une jolie croix du même métal, un minuscule rubis incrusté en son milieu. Le bijou était ancien, de toute évidence et de fort belle facture.
Massimo vit Adriano prendre sa Sten et repartir vers les prisonniers. En route, avec le même pas tranquille, il arma la culasse de la mitraillette.
- Santa Madonna murmura Massimo pour lui, en se signant. »

Une nouvelle fois, je me suis prise de passion pour une des œuvres de Gilles Milo-Vacéri. J’ai terminé de lire Opération Lupo Rosso, tard le soir. J’ai passé la nuit à faire des rêves étranges où la mafia et les mafieux étaient présents. Comme quoi, ce roman m’a marqué ! Ce que j’aime chez cet auteur : c’est qu’il ne prend pas de pincettes et ne tourne pas autour du pot ! Il est cach et n’enjolive pas ! Adriano peut certes être considéré du côté des « gentils » mais c’est un tueur, il exécute les ordres de sans froid. Face à Vito, il tente de sauver la vie de son ami d’enfance mais s’il le faut, il n’hésitera pas à le tuer pour accomplir sa mission. La mafia sicilienne ne fait pas dans le détail, Adriano non plus. Leur route est parsemée de cadavres et le sang coule aussi dans le livre (sans pour autant être gore). C’est une histoire contée telle qu’elle doit se dérouler ! Et surtout un secret sera dévoilé..., un beau secret au final même s'il est fondé sur un meurtre !
J’ajouterai que l’honneur, la famille, l’amitié et la fidélité sont des notions très importantes dans ce roman. Pas seulement sur le plan mafieux sicilien (quoiqu’entre familles mafieuses, la fidélité n’est pas la plus grande qualité), ce sont des valeurs qui doivent être respectées de tout temps et à tout instant.

Je remercie une nouvelle fois Gilles Milo-Vacéri et les éditions VFB pour leur gentillesse et leur confiance. J’ai découvert une plume francophone à bien garder en mémoire et à conseiller pour ceux qui aiment les belles histoires avec ce fond de vérité qui sait nous toucher !

opération Lupo Rosso

 

coup de coeur

 

 

En partenariat avec 

vfb photo

 

 

Droits d'utilisation Les articles dont je suis l'auteur sont sous Licence Creative Commons 2.0 (Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification). Mes articles relèvent du droit d'auteur (article L.111-1 du CPI). En cas de reproduction totale ou partielle, merci de me créditer en source (article L122-5 du CPI). Les infractions aux droits d'auteur sont sanctionnées pénalement (art L.335-1 à L.335-10 du CPI).