007 - Copie

TITRE : Des cendres dans les bulles
AUTEUR : Tsilla AUMIGNY
EDITIONS : Edilivre

Résumé

Emma, égoïste, têtue, séductrice invétérée, ne vit que des histoires sans lendemain, entre deux soirées trop arrosées.
Danièle, timide, brillante, assidue, s'enferme dans le travail mais rêve d'une autre vie.
Elise, cynique, fataliste, révoltée, n'a aucune idée de ce qu'elle va devenir, ni du chemin qu'elle veut parcourir.
Emma, Danièle et Elise sont trois lycéennes et amies inséparables. Leurs vies sont mouvementées : entre le BAC qui approche, les fêtes, leurs histoires de cœur et leurs tracas quotidiens, elles n'ont pas le temps de s'ennuyer. Cette année plusieurs événements vont bouleverser leurs vies. À la fin, plus rien ne sera pareil. Plus jamais.

Mon avis

En premier lieu, je tiens à remercier Tsilla Aumigny pour sa confiance et sa gentillesse. Après m’avoir envoyé le résumé de son manuscrit, j’ai de suite été tentée de le lire. Un récit m’étant en scène trois ados est assez attractif. Le titre poétique et la belle couverture ont achevé de me convaincre.

Nous suivons trois amies, trois amies très liées et complices : Emma, Elise et Danièle. Elles sont au lycée, en dernière année, avec le bac en fin d’année. Toutes trois sont à la recherche d’elles-mêmes. Emma collectionne les amants ne prenant que le plaisir et délaissant les sentiments. Elise souffre du décès de son meilleur ami, son petit ami est un imbécile et a un penchant certain pour la drogue. Danièle est une excellente élève qui décide de faire sa rebelle en abandonnant sa virginité dans les bras d’un coureur de jupons. Toutes trois ont des situations familiales différentes par le milieu social, toutes trois ont en commun un drame qui les a durement touché. Est-ce cela qui les a rapproché ?

L’auteur pose un regard sur chacune à tour de rôle. Le lecteur se retrouve alors être le témoin de la décadence de cette amitié, des leçons de la vie que chacune vont apprendre parfois à leur insu. Etrangement, je m’y suis retrouvée et je pense que chacun (tout du moins ceux qui ont fini le lycée) peut se comparer aux héroïnes. Qui n’a pas perdu de vue ou une amitié après la fin des études ?
Dans ce récit, il s’agira d’une banale dispute (dont j’avoue ne pas avoir saisi le sujet) qui achèvera de dissoudre cette belle amitié qui, on l’apprendra, commençait à s’amenuiser. On poursuit pourtant le récit et on découvre comment chacune surmonte leurs démons. Car il n’y a pas d’âge pour ne pas en avoir… Au final, cette dispute ne sera-t-elle pas libératrice ?

L’auteur m’a prévenu que son ouvrage était court (136 pages) et il est vrai que j’ai ressenti un léger manque… J’ai eu quelques fois l’impression que certains détails ou développements auraient pu être ajoutés pour étoffer le récit. Mais la plume est agréable à lire, parfois poétique même, et le plan du récit bien construit. Je n’ai vraiment rien à reprocher au style. C’est un joli petit roman avec un tendre regard sur cette période où l’ado passe à l’âge adulte, parfois avec brutalité. Il y a une jolie leçon à retenir....

Voici un petit extrait dans lequel Danièle écoute le récit d’une vieille dame, autre témoignage de Jeunesse.

« Et alors mon père a pleuré des mois, et moi, au lieu de faire comme lui, j’ai fait n’importe quoi pour tenter de fuir ma tristesse. Je suis allée danser tous les soirs au club, et comme je m’ennuyais, j’ai pris la décision de quitter le pays. Je suis allée en Grèce avec la voiture de mon mari, et à l’époque, il était très mal vu qu’une femme mariée voyage seule, vous savez. Là-bas, j’ai rencontré un beau jeune homme, Nicos, un brun au regard azur comme il n’en existe plus : le genre d’homme qui vous fait perdre la tête. Je me suis ruinée pour lui, j’ai flambé en quelques jours tout l’argent qui devait me tenir les deux semaines que je devais passer à Athènes. Hôtel cinq étoiles, restaurants magnifiques, club de jazz… Le bon temps, celui qui s’écoule si vite, que les minutes me paraissent des secondes, et les secondes des semaines. J’étais folle amoureuse, mais pour lui, je n’étais qu’une femme parmi les autres. J’étais prêt à divorcer, mais il m’en a dissuadée. Vous savez, c’est le problème, quand on est jeune, on est comme un papillon dans son cocon : on veut se fixer, alors qu’on est en pleine métamorphose. Quand on finit enfin par en sortir, on aspire à apprendre à voler, avant d’avoir appris à tomber. On ne peut donc plus se brûler les ailes. »

des cendres dans les bulles