TITRE : Etre soi-même
Tome 1 de la série Wild R Farm
AUTEUR : Silvia VIOLET

Résumé

Coleman Wilder est un loup-garou métis. Certains jours, la tension entre son côté humain et ses instincts de loup-garou menace de le déchirer. Mais le défi que représente la gestion d’une ferme équestre en tant qu’homme gay dans une ville conservatrice du Tennessee, lui permet de se concentrer, jusqu’à ce qu’il rencontre un métamorphe cheval, Jonah Marks.

La famille de Jonah ne cesse de répéter que se transformer est un péché, mais Jonah aspire à laisser libre cours à son étalon. Prêt à tout pour échapper au jugement de sa famille, il demande à Cole, son amour secret, de l’embaucher. Celui-ci refuse, effrayé que son désir pour Jonah lui fasse perdre tout contrôle. Lorsque le frère de Jonah menace sa vie, Cole se démène pour le sauver et leur donner à tous les deux une seconde chance d’avoir la vie qu’ils ont toujours voulue.

Mon avis

Encore une jolie découverte grâce à Men Over The Rainbow. Cette fois-ci, j’avoue que le récit est pus poignant que d’ordinaire car l’homophobie est très présente. A cela, l’auteur ajoute une très belle note d’urban fantasy.

Cole est éleveur de chevaux. Ce métier peut s’avérer difficile de part sa condition de loup-garou métis. Les équidés ressentent en lui le prédateur même s’il n’est jamais parvenu à totalement se métamorphoser. Il gère de main de maitre son ranch et son personnel. Cole aime les hommes et est particulièrement attiré par Jonah. Mais les années qui les séparent le rebute à céder à ses sentiments. Pourtant Jonah lui demandera de l’embaucher au ranch, le supplie presque mais Cole s’y refuse.
Un an plus tard, on retrouve Cole face à un cheval martyrisé. L’attitude de la bête l’intrigue et il décide de le ramener chez lui. Alors qu’il s’en occupe, quelle n’est pas sa surprise de découvrir que Jonah est également un métamorphe mais sous forme chevaline. Cole apprend alors le calvaire que Jonah a traversé, battu et vendu par son propre frère, Nathan, qui le considère comme un monstre ‘une part par le fait qu’il aime se métamorphoser (alors que ni sa mère ni son frère n’acceptent leur condition animale) et d’autre part par son homosexualité. Durant toute une année, Jonah est resté sous sa forme chevaline, perdant peu à peu son humanité jusqu’à ce qu’il reconnaisse la vois de Cole. Les deux hommes enfin unis feront face Nathan et ses sbires, les croyances religieuses, et leurs propres démons.

J’avoue que je me suis laissée facilement emporter par la plume et le récit. Certes on reste dans le roman MM et ce qui le caractérise, mais on se retrouve face à un fait de société : l’homophobie. En plus de cela, il y a la haine du métamorphe ! Et les plus haineux sont eux qui ont été embrigadés dans une branche religieuse quasi extrémiste. La famille de Jonah rejette purement et simplement leurs origines et ce qu’ils sont. Ajoutons en sus un membre dont les préférences amoureuses se portent sur les hommes, et c’est l’horreur assurée.

Le titre de l’ouvrage, Etre soi-même, est très significatif ! Personnellement, je l’applique à Cole. Cet homme n’arrive pas à accepter le loup en lui. Il a toujours peur de perdre le contrôle et de blesser quelqu’un. En plus, le fait que Jonah soit de dix ans son cadet lui fait peur. Il craint à la fois de faire peur au jeune homme de par ses sentiments profonds et le regard des autres. Cette crainte est d’ailleurs fondée puisque Nathan l’accuse ouvertement d’avoir perverti son cadet !

Je suis curieuse de ce que va nous offrir l’auteur pour le second tome. Continuerons-nous de suivre Cole et Jonah, ou passerons-nous à d’autres personnages comme Billy qui, malgré ses sentiments pour Cole et le fait que ce dernier est amoureux de Jonah, lui reste fidèle et dévoué. Ce tome est un habile mélange de récit traitant de l’homophobie sous fond d’urban fantasy et de romance….

Extrait :
« A quel point ses instincts de prédateur auraient-ils été les plus forts s’il avait été un loup-garou pur sang ? Il ne pouvait imaginer une lutte continuelle contre des pulsions plus fortes que celles qu’il ressentait déjà. Pas étonnant que si peu de loups-garous soient suffisamment civilisés pour vivre parmi les humains. Il avait aspiré une fois à être un sang pur, mais après un an à essayer de toutes ses forces de se transformer, sans succès, il avait nié son loup à chaque fois que c’était possible et avait choisi de renforcer son côté humain. Etre écartelé dans les deux sens le déchirait. Il s’imaginait chasser une proie alors qu’il était à quatre pattes, courant à travers bois avec des muscles aux lignes pures. Il planterait ses crocs dans sa proie et… non, valait mieux ne pas penser à ça. Une telle liberté animalière pourrait rendre encore plus difficile le retour vers son côté humain.
Alors qu’il menait Démon vers sa stalle, il sentit une nouvelle fois l’odeur familière, un peu comme du foin frais, mais orangé et lumineux, et… jeune ? Que cela signifiait-il ? Peut-être qu’il devenait fou. Il avait trouvé un cheval qui préférait un métis loup-garou à un être humain et il croyait que le cheval pouvait répondre à ses questions. Ouais, c’est sûr, c’était complètement dingue et ressentir des impressions étranges était juste un bonus de plus. Heureusement qu’April avait vu le cheval lui répondre sinon il aurait été convaincu d’avoir perdu l’esprit. »

Etre soi-même

 

EN PARTENARIAT AVEC

men of the rainborn

100255062