TITRE : A comme Association
Tome 4 - Le subtil parfum du soufre
AUTEUR : Pierre BOTTERO
EDITIONS : Gallimard Jeunesse/Rageot Editeur

Chronique Tome 1

Chronique Tome 2

Chronique Tome 3

Résumé

Prénom : Ombe
Âge : 18 ans
Description : cheveux blonds et courts en pétard, yeux bleus, allure sportive
Profession : Agent stagiaire à l’Association et étudiante (officiellement)
Signe particulier : incassable
Aime : sa moto, tabasser un bon gros monstre, qu’on lui fiche la paix
Mission : sauver la vie du loup-garou et éviter d’en tomber amoureuse

Mon avis

Ce quatrième tome met en scène Ombe, cette jeune femme, dure, mystérieuse et impétueuse. Ce tome fut le dernier écrit par Pierre Bottero. Une note d’Erik l’Homme nous explique qu’il n’y a pas eu de corrections. Ce tome est brut et sincèrement, c’est là qu’on voit un grand auteur !!

Des trois premiers que j’avais qualifié de genre Jeunesse Fantastique, je suis passée à du Young Adult avec ce tome 4. Ombe est une jeune femme et lorsqu’elle rencontre un séduisant garou, la voilà rapidement dans ses bras. En sus de l’action toujours présente et de cette touche d’humour, on découvre la romance… On discerne une autre personnalité chez Ombe. Malgré cette carapace dure, on s’aperçoit qu’elle a besoin d’être entourée. Enfin, le mystère s’épaissit sur sa personne… Qui veut la tuer ? Pourquoi sa coloc a rassemblé tant de documents sur son passé ? Pourquoi est-elle incassable ?

J’avoue avoir été vraiment ravie de lire ce quatrième tome et j’espère qu’Erik L’homme poursuivra dans ce sens l’aventure avec Ombe. J’ai d’ailleurs avalé les 180 pages en deux heures. Ma chronique est certes courte, mais je n’ai rien à redire de plus sur la qualité d’écriture, du récit et des personnages… J’en veux encore…

Extrait :
« Il sourit, ses yeux brillent et, soudain, je réalise que je suis à moitié nue, allongée sur un garou beau comme un rêve qui, lui est complètement nu.
Je réalise également que, hormis son prénom, j’ignore tout de lui.
Je réalise enfin qu’il a retrouvé, nos positions respectives m’ôtant la possibilité en d’en douter, toute sa vigueur.
Son regard brûlant clame son envie de refermer ses bras sur moi, de m’embrasser, de me…
Réagis, Ombe.
L’action est ton domaine, le réflexe une seconde nature, bouge !
Nacelnik n’a pas le temps de faire un geste, je le plaque sur le lit, l’immobilise d’une clef imparable…
… et j’écrase ma bouche sur la sienne. »

a-comme-association,-tome-4---le-subtil-parfum-du-soufre-140787-250-400

EMPRUNTE A 

32245_100954823290585_4203843_n

100255062