TITRE : Violet Templeton, une lady chapardeuse
AUTEUR : Lhattie HANIEL
EDITIONS : auto-éditions

Résumé

Depuis sa plus tendre enfance, lady Violet a un petit défaut en plus de son caractère tempétueux : le chapardage ! En grandissant — bien que ne manquant de rien —, elle reste une véritable cleptomane qui ne peut s’empêcher de fouiner et de prendre tout objet qui lui tombe sous la main. Et ce qui est bien pis, c’est qu’elle s’en rend compte, qu’une fois son forfait accompli ! Et voilà que par deux fois, en dix ans d’intervalle, elle se fait attraper par le même homme en train de chaparder un objet chez lui ! Après un corps à corps surprenant pour leurs âges, lord Edward lui susurre, d’une tonalité menaçante, ceci : — Je vous laisse dix secondes, Milady, pour remettre en place ce que vous avez pris. Après ce temps, il sera trop tard pour vous…

Mon avis

Je remercie Lhattie Haniel de m’avoir contactée pour me proposer de lire une de ses œuvres. J’ai été ravie de lire Violet Templeton et de me plonger dans cette romance historique. Résultat, j’étais tellement contente de ma lecture que j’ai fureté dans ma liseuse pour trouver d’autres romans de ce genre… et j’en ai lu 2 autres dont les chroniques suivront.

On commence le récit par des extraits de journal intime, témoignage du désarroi de cette jeune femme face à sa « maladie ». Car la cleptomanie est une maladie mentale qui se caractérise par une obsession de voler des objets. Ici, Violet ne s’aperçoit même pas lorsqu’elle dérobe quelque chose ! Mais comment ne pas s’attacher à Violet, cette jeune femme cleptomane au caractère bien trempé ? Surtout quand un jeune lord, Edward, se décide à la séduire… Si Violet peut paraître parfois agaçante ou excessive, l’auteur nous fait également voir son côté doux et généreux, notamment lorsqu’elle est entourée d’enfants.

L’histoire débute en 1889 lorsque Violet et sa mère Susan, veuve, quittent la France pour l’Angleterre, terre d’origine Lady Susan. Derrière cette romance à mouts péripéties, il y a l’Histoire de la famille et des origines de Violet. On découvre au fur et à mesure des secrets cachés, des histoires d’amour, avec une touche d’humour prêtant à sourire, et quelques fois des frayeurs pour nos personnages auxquels on s’attache facilement.

J’ai apprécié la plume de l’auteur et surtout cette originalité d’intégrer un narrateur extérieur qui conte l’histoire comme dans une conversation ou dans un échange de correspondance. Les conversations sont adéquates avec la période (fin XIXè) ainsi que le vocabulaire et j’aurais presque pu me croire dans le jardin d’une de ces résidences à tenter de croiser ces dames avec leurs belles toilettes… L'humour et la romance se mêlent à des situations plus sérieuses.

Ce fut une lecture pleine de fraîcheur, agréable et divertissante. Je peux dire que je me suis tellement éprise des personnages, j’ai tant apprécié la fin, que je peux assurer que c’est un coup de cœur. Merci Lhattie de m’avoir permis de passer un excellent moment.

Extrait :
« Alors qu’il passait le seuil de la porte, il avait aperçu Violet. Il était resté quelques secondes à l’observer. Elle avait une très belle allure de dos et ses vêtements étaient de bonnes factures, avait-il tout de suite remarqué. Il avait ressenti un léger frisson sans savoir, du reste, pourquoi. Mais alors qu’il avait l’intention d’aller se présenter à elle, puisqu’elle avait sûrement dû être invitée par sa mère, avait-il pensé, il l’avait vue mettre dans son réticule une petite fiole en cristal. Elle avait déposé quelque chose sur le plateau d’argent, mais bien trop furibond à ce moment-là, il ne s’en était pas aperçu.
Assurément, elle s’était crue chez elle !
Ses bottes éclatantes de propreté lui avaient permis de se déplacer sans bruit jusqu’à elle. De son bras droit, il l’avait encerclée par derrière lui bloquant ainsi ses deux bras tandis qu’il s’était saisi, avec sa main gauche, de son réticule en soie bleue coordonnée à ses vêtements.
Incontestablement, Violet fut méchamment médusée !
Tout en se retournant pour se défendre, elle lui avait expédié un coup de poing dans l’estomac. Edward, pas du tout paré à recevoir un tel coup, s’était plié en deux. Il avait néanmoins réussi à attraper les jupons de Violet dont cette dernière, pour se défendre, l’avait repoussé violemment avec ses deux mains. Edward était tombé à la renverse tout en emportant avec lui la jeune femme. Ils s’étaient tous deux retrouvés allongés l’un sur l’autre dans une position que la bienséance aurait déclarée des plus déplacés. »

coup de coeur

 

violet-templeton,-une-lady-chapardeuse-