TITRE : Le Roi est vaincu
AUTEUR : Philippe FUZELLIER
EDITIONS : Edilivre

Résumé

Un polar à la française, où le jeu de l’assassin constitue le piment de l’intrigue. Il se joue de la police et s’amuse avec le lecteur, en l’aiguillant vers de fausses pistes. Le génie du criminel aura eu l’audace de sévir pendant cinq ans, de semer derrière lui le doute permanent, trompant ainsi le lecteur jusqu’à l’épilogue. De longues enquêtes, des rebondissements dans cette célèbre affaire criminelle, un suspense difficile à contenir, et une incertitude jusqu’à son terme...

Mon avis

Je tiens à remercier Philippe FUZELLIER qui m’a contacté afin de me proposer deux de ces œuvres récentes en Service Presse. Il est vrai que le genre policier/thriller n’est pas ma lecture de prédilection mais j’apprécie toujours de nouvelles découvertes.

L’auteur a un style de narration particulier. Sa plume est simple mais précise. On sent qu’il maitrise son sujet mais contrairement à beaucoup de roman, nous n’avons pas de héros. Le lecteur reste spectateur et ne peut s’identifier à personne. Je m’explique…

Dans Le Roi est vaincu, nous avons un tueur en série qui assassine des jeunes femmes et qui a un mode opératoire très particulier. En tant que lecteur, on suit le tueur, on voit l’horreur, on vit la peur des victimes. Et d’un autre côté, on se retrouve enquêteur à la quête d’une piste, d’une erreur faite par le tueur. Ce qui m’a surprise, ce fut la suite… Je pensais que la traque du tueur occuperait la quasi-totalité du roman. Or, ce n’est pas le cas. L’assassin est arrêté et on est témoin du procès… Beaucoup de questions sont posées. Le doute peut s'installer.

En lisant ce roman, j’ai eu la sensation de parcourir un rapport détaillé d’une affaire criminelle. Je n’ai pas eu l’afflux de sentiments et de sensations diverses que j’ai d’habitude en découvrant une œuvre. Ici tout est parfaitement posé, tout est dit de façon automatique, assez froidement parfois.

Pour conclure, je dirais que ce roman a une narration parfaite, l’auteur connaît son sujet, il n’y a rien à redire là-dessus mais il m’a manqué les émotions. L'intrigue est bonne et la fin surprenante....

Extrait :
« Cette nouvelle affaire avait été prise en main par le commissaire Ledru. Elle était placée sous la responsabilité du juge Lestrand, jeune juge d’instruction. Ce dernier était fraîchement arrivé à Bourges deux mois auparavant.
On attendait les conclusions du médecin légiste avec une certaine impatience, pour guider l’enquête qui était, de prime abord, assortie d’indices qui nécessitaient des approfondissements.
Le procureur de la République en personne allait suivre le déroulement de la procédure.
Les conclusions du médecin légiste parvinrent le lendemain sur le bureau du juge Lestrand. Il avait convié le commissaire Ledru à son décryptage. »

Le roi est vaincu