TITRE : Lettre à Hervé
24 ans, la lettre de ma vie
AUTEUR : Eric SAGAN
EDITIONS : Auto-éditions

Résumé

Il y a 24 ans, tout a commencé par un cahier qu'Hervé n'aurait jamais du voir. Puis, il y a eu cette lettre. 24 ans après l'avoir écrite, 24 ans après avoir osé la donner à son destinataire, voici que la vie la renvoie à l'expéditeur, brute, touchante et drôle.
-------
Pour parler de ce livre, il faut raconter l'histoire du livre lui-même.
Il était une fois un garçon d'une vingtaine d'années. Qui tombe amoureux d'un mec. D'un mec hétéro. Rien de très original. Mais ce garçon se met en tête d'écrire une lettre. Dans cette lettre, il va raconter sa vie, son enfance, ses peurs, ses péripéties d'enfant normal, ou presque, péripéties touchantes, souvent drôles, parfois choquantes, toujours humaines.
Cette lettre il la donne à Hervé. Mais il la donnera également plus tard à ses parents, en se rendant compte qu'il n'avait jamais rien écrit de mieux pour expliquer pourquoi il était différent. Des années plus tard, il recevra l'appel d'un inconnu : le psychologue de son père. Il apprend alors que son père s'était lui aussi servi de cette fameuse lettre, pour parler de son fils sur le divan. Pourquoi ce psy s'était-il donné la peine d'appeler ? Pour demander l'autorisation de faire lire cette lettre à un autre patient, dont le fils était gay, lui aussi. Pour l'aider à accepter son fils.

Cette histoire, vraie, allait donner l'idée à l'auteur de publier cette lettre, sous forme de fiction, en préservant l'authenticité de l'original.

Voici donc "Lettre à Hervé".

Mon avis

Je remercie sincèrement l’auteur de m’avoir proposé de lire cette « lettre ». Durant les quelques échanges par mail que nous avons eu, j’ai été ravie de faire la connaissance de ce monsieur dont j’ai ressenti la gentillesse et la simplicité qui émanait de lui.

J’ai retrouvé ces deux très belles qualités dans la plume et dans l’œuvre. Lettre à Hervé est une ode à l’amour, à la compassion et à la vie. Avec des mots simples, le narrateur conte sa vie avec tous ses moments : joie, doutes, erreurs, peurs. Il discute avec son interlocuteur. A travers ses lignes, il explique simplement sa vie à Hervé, cet homme qui a découvert un fameux cahier qu’il n’aurait jamais dû voir. Hervé est cet homme que le narrateur aime tendrement, passionnément.

Cette lettre n’est pas une explication à ce qu’est le narrateur ! Oui, il aime les hommes. Mais il ne présente pas d’excuses à ce qu’il est. Cette lettre est simplement un témoignage de vie. Il aime sa vie tout simplement et, par ses mots, il décrit qui il est : un homme qui aime et qui a eu une vie comme les autres !

J’ai été touchée par ce récit qui est poignant, émouvant et tendre, le tout parfois habilement caché par de belles touches d’humour. J’ai souvent souri face à certaines situations cocasses et mon cœur s’est serré à d’autres moments. On ne peut que s’attacher au narrateur qui, petit garçon, était plutôt solitaire, puis devenu ado intègre un groupe de jeunes pour se rapprocher de l’un d’entre eux, et enfin devenir cet adulte qui a écrit cette magnifique lettre à l’homme qu’il aime de crainte, peut-être, d’être rejeté ou de perdre son amitié (à défaut d’avoir son amour). Pourtant ce récit n’est pas un texte dramatique ou une tragédie sur un jeune qui confie son homosexualité. Je dirais plus qu’il s’agit d’une courte autobiographie d’un jeune comme n’importe quel jeune avec ses anecdotes diverses !

L’écriture en elle-même est simple. Je la comparerais à un monologue dans un langage de tous les jours. Le narrateur va directement au fond des choses même s’il paraît s’égarer quelques fois. Pourtant, on est tellement pris par la lecture qu’on ne s’en aperçoit que lorsque lui-même le dit ! Enfin, la lecture de la dernière lettre a bien failli m’achever…

Pour conclure, ce fut un joli coup de cœur. Lettre à Hervé = émotion, simplicité et leçon de vie. Et comme tout coup de coeur digne de ce nom, il aura prochainement sa place dans ma bibliothèque. Hors de question qu'il reste dans ma liseuse...

Extrait :
L’un d’entre nous réclama « a glass of water » : son effort, pourtant appréciable, de communication avec l’habitant ne fut pas récompensé à la hauteur de ses attentes. Ne savait-il pas qu’ici l’eau fade et bêtement limpide, qui aurait pu faire passer le goût des sauces, avait été avantageusement remplacée par une boisson colorée, à l’arôme médicamenteux d’une orange synthétique, que l’on préparait en un minimum de temps en ajoutant un peu de poudre orangée dans une carafe ? La poudre orangée se vendait par baril de 5 kg, de quoi tenir un bon mois. Enfin, nous eûmes droit au « plateau de fromages ». Bien entendu, les anglais avaient également révolutionné le concept. Servir des fromages à l’air libre, ce n’est pas hygiénique. A la fin du repas, quelqu’un déposa sur la table une assiette remplie de tubes de dentifrices multicolores. Devant notre désarroi, la maîtresse de maison fit un grand sourire et dit « cheese ! » tout en désignant les tubes. Nous ne comprenions toujours pas. « Cheese ! Cheese ! », répétait-elle, tout en pressant sur un tube de dentifrice. Il s’en écoula une pâte colorée, à la texture inconnue. Elle prit alors un autre tube puis un autre… Dans son assiette, il y eut bientôt ne multitude de petits tas colorés, disposés fort joliment. Nous comprîmes alors. Chaque tube renfermait un arôme différent de fromage : ananas, fraise, framboise, mangue,…

coup de coeur

lettre-a-herve-