TITRE : Séisme
AUTEUR : Valérie SIMON
EDITIONS : Rebelle

Résumé

Gabrielle, journaliste, arrive à Bucarest juste avant un violent séisme. Réfugiée dans des souterrains investis par des mendiants, la jeune femme rencontre une petite fille ayant survécu à la morsure d’un vampire. Sur fond d’apocalypse, elle enquête, guidée par le beau Pasha dont les apparitions aussi fugaces que séduisantes l’attirent irrésistiblement.

Mon avis

Je remercie Rebelle Editions pour leur confiance et cette lecture en Service Presse.

Séisme est un roman qui mêle l’Urban Fantasy en reprenant le thème des vampires et le post-apocalyptique avec un puissant séisme qui ravage Bucarest. Le lecteur va suivre une jeune journaliste, Gabrielle, qui désire faire ses preuves dans le Journal de son père. Ce dernier l’envoie à Bucarest enquêter sur le mythe du vampire. Alors qu’elle est dans son hôtel, un séisme ébranle la ville créant le chaos et laissant beaucoup de morts. En suivant une enfant en guenilles, Viata, elle découvrira un monde sous-terrain où vivent les miséreux, les exclus de la société. Depuis quelque temps, certains d’entre eux disparaissent et sont retrouvés avec une blessure à la gorge et vidés de leur sang. La jeune femme rencontrera un autre journaliste, séduisant et mystérieux, Falci.

Le roman est court mais clair, concis et intense. L’action est présente et l’auteur s’est concentré là-dessus. J’aurais apprécié un peu plus de profondeur notamment sur le mythe du vampire et sur la communauté vivant sous la ville. Mais la plume est agréable à lire et le fait qu’il y est des interventions en roumain donnent plus de cachet au texte. Les personnages sont peu nombreux et donc faciles à retenir. Gabrielle est une journaliste qui apprécie les faits et a du mal à croire aux mythes. Falci est intriguant mais je me suis douté de son rôle dès le départ. Viata est une fillette attachante qui possède un don hérité de ses origines tsiganes. Enfin, le Père Rege est un homme qu’on sent bon dans l’âme mais prêt à tout pour protéger sa communauté.

La fin de ce roman m’a laissé perplexe. C’est une fin qui appelle une suite car il est impossible de deviner ce qui va arriver à Gabrielle. Résultat, on ferme le livre un peu frustré et c’est dommage car j’ai beaucoup apprécié cette façon de mettre en avant le thème du vampire dans l’intrigue. Et puis, l’histoire du Père Rege et sa communauté est touchante et mérite aussi plus d’importance. L’auteur aurait-il prévu une surprise en une suite ? J’apprécierais…

Extrait
Les survivants réussirent à sortir sains et saufs de l’hôtel en ruine. Tout naturellement, Gabrielle avait repris leur tête et, se fiant à son instinct, avait suivi un mince filet d’air frais. Les décombres étaient si denses qu’il avait fallu se contorsionner durant de longs instants entre des poutres brisées et des pans de murs avachis, et même creuser à mains nues à plusieurs endroits.
Enfin, après avoir escaladé une dernière porte abattue, le groupe était parvenu à rejoindre la rue. Là, Gabrielle s’était immobilisée de stupéfaction. Debout sur ce qui aurait dû être un trottoir mais qui en réalité était devenue une invraisemblable ondulation d’asphalte, elle découvrait un spectacle d’une affligeante désolation.
Le tremblement de terre avait initié une telle destruction qu’il avait envoyé dans le ciel une énorme masse de poussière. Depuis, cette dernière occultait la lune en diffusant une couleur inhabituelle, d’un jeune malsain.

seismes

En partenariat avec

Rebelle