TITRE : Liaisons périlleuses au Costa Rica
AUTEUR : Ena FITZBEL
EDITIONS : Sharon Kena

Résumé

Vous n’êtes jamais allé au Costa-Rica ? Quel dommage ! Qu’attendez-vous pour visiter l’une des plus luxuriantes forêts tropicales de la planète ? Peut-être n’aimez-vous pas les moustiques et autres créatures exotiques ! 
N’ayez crainte ! Vous n’aurez pas à en souffrir si vous suivez Marc Charleroi, guide expérimenté et ancien commando des Forces spéciales canadiennes. En plus d’être séduisant et spirituel, il veille toujours sur ses clients, même s’il a affaire à de parfaits citadins, comme Diane Fouché, la rédactrice en chef du magazine français Belle pour la vie. 
Soucieuse de mener à bien son reportage, la ravissante et très distinguée Diane aurait pu s’en réjouir. Mais les esprits de la forêt se sont ligués contre elle pour la faire succomber au charme de son guide. Elle qui n’a jamais supporté les coureurs de jupons !

Mon avis

J’ai lu ce roman en lecture partagée avec Aurélie du blog Les Livres en folie. Il était, parmi d’autres, sur mes étagères et c’était l’occasion de le sortir et de le découvrir. C’est le troisième roman de cette auteur que je lis, après Le Dernier Métro pour Artala et Un Manoir pour refuge, je me suis plongée dans cette romance érotique ponctuée d’actions et de scènes piquantes. J'avais déjà lu la première partie des Liaisons Périlleuses, aussi j'étais curieuse de découvrir la suite et fin.

Diane est rédactrice d’un grand magasine et doit faire un reportage sur le Costa Rica. Pour accompagner cette parisienne jusqu’au bout des ongles, Marc Charleroi sera engagé. C’est un guide expérimenté, très beau gosse du haut de ses 39 ans, parfois au langage cru. D’un autre côté, le lecteur s’apercevra que Diane n’est pas si prude que ça. L’un tombera dans les bras de l’autre, les deux s’aimeront autant qu’ils se haïront. Entre les scènes chaudes, les faux-pas, les non-dits, les craintes de l’un et de l’autre, les situations mal interprétées, l’auteur nous permettra de suivre en alternance les pensées et les points de vue de Diane et Marc.

Les personnages sont très rentre-dedans ! Au début, Diane agace de par son côté sainte nitouche qui au bout de quelques pages s’effrite et disparaît, avant de réapparaitre aussi sec. On peut facilement comprendre Marc qui ne sait plus sur quel pied danser ! En fait, au fil des pages, on s’aperçoit qu’elle a simplement peur de ce qu’elle ressent pour ce bourreau des cœurs. Marc, quant à lui, derrière son apparence de gars très sûr de lui, ancien commando des Forces spéciales canadiennes, il se demande ce qu’il lui arrive dès qu’il croise le regard de cette femme. Son passé ne l’aide certainement pas à avoir une bonne opinion de la gent féminine. D’ailleurs l’une des scènes du début ne m’a guère emballé mais ce n’est qu’un avis personnel, car elle m’a fait pensé au viol avec absorption de drogue alors que cette pensée n’effleure aucun des deux personnages.

Cette romance érotique démarre sur les chapeaux de roues, peut-être trop vite, du coup la suite peut paraître répétitive dans le sens que ni l’un ni l’autre des personnages ne se comprend. C’est quelques fois rageant et certaines scènes font très clichés comme celle de la bagarre dans la boue. À côté de ça, il y a des scènes qui m’ont tiré le sourire plus d’une fois. Les répliques sont délicieuses, cinglantes. Diane et Marc se cherchent constamment, se trouvent mais repartent toujours du mauvais pied. L’écriture est agréable comme toujours avec cet auteur.

J’ai apprécié cette lecture malgré la sensation de rapidité et de répétitivité. Et, il me semble que l’auteur a ressorti ce texte, certainement retravaillé, dans une autre ME sous le titre Sexy Disaster. D’après le résumé que j’ai lu, c’est la même trame.

Extrait
Alors que seuls les froissements de feuilles m’arrivent aux oreilles, je hasarde un coup d’œil en arrière. Tudieu ! Je ne les vois plus. Affolé, je rebrousse chemin à toute allure. Cinquante mètres plus loin, en même temps que je les entends hurler, je les aperçois un peu plus bas, vautrées dans les fourrés.
Vous ne devinerez jamais ! Elles sont tombées dans une énorme mare bourbeuse. Loin de chercher à s’en extraire, elles se battent. Entièrement couvertes de boue, elles se tirent les cheveux et s’arrachent les vêtements. J’ai beau les exhorter à se calmer, elles ne m’écoutent pas. Très vite, elles se retrouvent torse nu.
Génial ! Encore un fantasme exaucé ! J’ai toujours rêvé d’assister à un combat de boue entre filles. Ah ! Voilà que Sylvie vient de déraper, Diane la suit à terre. Rampant à quatre pattes, la face entièrement noire de vase, elles s’accrochent l’une à l’autre, parviennent à se relever, patinent sur place avant de s’étaler à plat ventre.

liaisons-perilleuses-au-costa-rica---l-integrale-648411-250-400

 

image 3