TITRE : Sanatorium
AUTEUR : Johanna ZAÏRE
EDITIONS : Auto-Editions

Résumé

Le lendemain de Halloween, une jeune fille se rend dans le commissariat du village de Kingsley. Elle est exténuée et mutilée. Elle déclare que ses amis ont été tués dans un sanatorium non loin de là. Cependant, malgré les recherches, tout porte à croire que les déclarations de la jeune fille sont fictives.

Mon avis

Sanatorium est le genre de roman en auto-édition sur lequel on peut jeter son dévolu sans aucun risque. Johanna Zaïre est une romancière qui sait très bien travailler et prend le temps de la promotion pour chaque roman.

Ce titre m’a interpellé durant le SDL à Paris l’an passé, puis sur les réseaux sociaux auparavant, mais je ne l’ai acquis que par la suite. J’adore la couverture qui annonce directement le genre…
Au début, on découvre un groupe d’adolescent fêtant Halloween, seuls en forêt à se raconter des histoires, avant d’aller visiter un vieux sanatorium abandonné. À l’intérieur, les jeunes deviendront étranges et se feront tués. Seule, Sam, une jeune fille s’en sortira et ira se réfugier dans le commissariat du village. Mais aucune trace de meurtre sur place ! Dès lors, le lecteur sera redirigé sur l’enquête que mèneront les inspecteurs Gary Wilson et Jeff Waltz. Leurs recherches leur feront rencontrer d’anciens employés du Sanatorium. De fil en aiguille, le lecteur découvrira un récit à faire dresser les poils. Entre nous, s’il y a une adaptation cinématographique, je passerais mon temps à me cacher les yeux !

La plume de Johanna est entrainante et on ne cesse de désirer poursuivre la lecture pour avoir le fin mot de l’histoire. Comme le récit est court (132 pages), j’avoue l’avoir dévoré en une seule fois ! L’intrigue est très bien construite. Le fait de suivre l’enquête nous mène à certaines étapes qui sont comme des rouages pour nous amener sur la bonne piste. Quant à la fin, que dire… C’est vraiment surprenant. Je ne m’attendais absolument pas à ça ! C’est une totale surprise mais c’est aussi un final sensé et bien conçu. Moi qui ne suis pas une grande lectrice de ce genre littéraire, j’ai adhéré au texte de Johanna Zaïre et grandement apprécié ma lecture.

Extrait
Lorsqu’elle fut arrivée aux hautes grilles de fer forgé, Sam découvrit qu’elles étaient fermées et cadenassées. Elle s’effondra face à celles-ci, dans la boue, sous la pluie qui fouettait son visage. Ses nerfs étaient à vifs, elle tremblait de peur, de tristesse et de culpabilité, ne ressentant même plus la douleur de son bras blessé. Elle s’en voulait d’avoir insisté auprès de ses amis pour explorer ce sanatorium qui attisait tant sa curiosité. Elle n’avait qu’une envie, que tout s’arrête, se réveiller de ce cauchemar, et les retrouver en vie.
Subitement, les réverbères placés dans les jardins s’allumèrent. Tout en essayant de reprendre son calme, Sam se retourna lentement. Face à elle, une dizaine de personnes se tenaient là, ne bougeant pas, ressemblant à des patients munis de béquilles, fauteuils roulants, robes d’hôpital sales et déchirées, tous blessés, amputés, malades, cadavériques, revenants d’outre-tombe. La jeune fille se releva contre la grille sans mouvement brusque et se mit à hurler :
- Partez… Laissez-moi !
- Endors-toi… Repose en paix… murmurèrent-ils en cœur.
- Taisez-vous… je vous en supplie ! gémit Sam.
- Fais de beaux, très beaux rêves…
- TAISEZ-VOUS ! Je vous en prie… Arrêtez !

Sanatorium