TITRE : Apocalypsis
AUTEUR : Marc GIORDANO
EDITIONS : France Loisirs

Résumé

Mai 2011. À la surprise générale, Jean-Paul III, successeur de Jean-Paul II et homme d’église anti-conformiste, annonce sa renonciation à la charge de souverain de l’Église catholique… avant de disparaître. Alors que trois personnes de son entourage proche sont retrouvées mortes, le doute grandit : le Pape est-il toujours en vie ? Peter Adam, un journaliste américain spécialisé dans les affaires du Vatican, se lance pour mission de le retrouver. Aidé par Loretta, journaliste elle-aussi, et sœur Maria, une troublante religieuse, il découvre l’existence d’une confrérie œuvrant dans l’ombre pour l’anéantissement de l’humanité…
À dix jours du conclave, l’heure de l’apocalypse a-t-elle sonné ?

Mon avis

Je remercie Alexandra de chez France Loisirs de m’avoir proposé cette lecture en service presse. Ce fut une lecture en épisodes, c'est-à-dire, que je recevais deux épisodes dès que j’avais terminé les deux épisodes précédents. J’ai voulu tenter l’expérience mais je sais, à présent, que les lectures par épisode ne me conviennent pas. J’ai eu du mal à m’attacher au récit et aux personnages… Pourtant l’intrigue est très intéressante. L’auteur a une belle plume et termine souvent ses épisodes par un cliffhanger mais j’aurais certainement pris beaucoup plus de plaisir à lire cet ouvrage d’une traite.

Ce que j’ai beaucoup aimé dans cette intrigue fut ce rapport spécifique avec la religion. Si le Vatican est le principal protagoniste, l’auteur met aussi en avant les autres religions notamment lorsque le Pape cherche des alliances. Dans ce roman, nous n’avons pas une religion pieuse mais active, dure et parfois douloureuse qui démontre que, derrière elle, se cachent de simples hommes avec leurs qualités et leurs défauts. D’ailleurs, je pense que l’auteur doit avoir un sacré travail de recherche derrière lui ! Le lecteur doit, par conséquent, être attentif aux moindres détails.

Si le lecteur va principalement s’intéresser à Peter Adam, journaliste avec un passé douloureux, car il va se retrouver aux premières loges d’un conflit annonçant la fin du Vatican, l’auteur l’amènera aussi du côté de Franz Laurenz, actuel pape qui démissionne de ses fonctions et disparaît, de celui de Don Luigui, exorciste du Vatican, ou encore de celui de Seth qui désire détruire le Vatican. Il y a beaucoup de mystères de cet ouvrage et tout autant de révélations, parfois surprenante. Chaque personnage sera limite décortiqué et, au final, rien de sera caché au lecteur qui en apprendra de belles… Il est difficile pour moi d’en dire plus sur le contenu de l’intrigue. J’ai lu quelque part qu’Apocalypsis était une sorte de Da Vinci Code. Ayant cet ouvrage chez moi, je peux assurer que personnellement, je n’y ai pas vu de lien significatif. Certes, le Vatican est mis en avant mais l’intrigue ne concerne pas les origines de la religion, plus ses démons et ses adversaires qui désirent la détruire. Hors le but de Peter Adam, Franz Laurenz et les autres personnages proches du Vatican, c’est justement de le sauver d’un attentat horrible et mortel pour des milliers de fidèles.

Pour conclure, mis à part que je ne me suis pas sentie à l’aise avec la lecture par épisode, Apocalypsis est un superbe thriller, bien mené et ficelé jusqu’au bout qui donne une fin plus que surprenante… Afin de rassurer ceux et celles qui, comme moi, préfèrent la lecture d’un ouvrage en totalité, sachez qu’Apocalypsis est disponible en ouvrage intégral en format papier et numérique.

Extrait
La défiance de Peter à l’égard de l’Eglise catholique et des religions dans leur ensemble, qu’elles se réclament de Jésus, de Marie, d’Allah, de Shiva ou de toute autre divinité, aurait pu entamer la confiance que Don Luigi lui accordait. Il n’en était rien. Peter supposait même que le prêtre le considérait comme un « cas ». Et pour cause : Don Luigi était le chef exorciste du Vatican.
Peter remarqua que les patrouilles de la Garde suisse et de la gendarmerie du Vatican avaient été renforcées dans l’ensemble de la cité-État, mais personne ne l’arrêta pour contrôler ses papiers ou son laissez-passer. En chemin, il passa devant l’entrée de la nécropole, d’immenses catacombes remontant aux origines du christianisme et dont certaines zones demeuraient inexplorées. L’obscurité et la fraîcheur de ces salles voûtées avaient abrité les messes des premiers chrétiens, à l’époque où ils étaient persécutés par l’empereur Néron, qui les considérait comme une secte. Des milliers de caveaux avaient été creusés dans la roche, et l’on pensait avoir retrouvé la tombe de saint Pierre dans ce dédale de galeries.
La nécropole était rarement ouverte au public. Peter n’avait pu y descendre qu’une seule fois, en compagnie de Don Luigi. La plupart du temps, seuls les archéologues accrédités y avaient accès, raison pour laquelle Peter fut étonné de voir les ouvriers d’une entreprise de génie civil décharger une foreuse d’un pick-up et la descendre dans les catacombes. Le pick-up arborait le nom d’une entreprise, Frater Ingegneria Civile, ainsi qu’un double cercle, un grand et un petit en son centre.

apocalypsis

 

En partenariat avec

Logo_FranceLoisirs_Quadri