TITRE : Un, deux, trois, nous irons au bois
AUTEUR : Gilles MILO-VACERI
EDITIONS : Editions du 38

Résumé

Alors qu’ils sont en vacances en Corse, Matteo Costa, un policier de la Criminelle, et sa petite amie, Jordan MacDonald, échappent de justesse à un accident de voiture. Comme si cela ne suffisait pas, la jeune femme est convoquée à une réunion de famille qui se déroulera sur l’île de Righ Eilean, dans les Hébrides Extérieures, au large de l’Écosse.
Matteo accepte de suivre Jordan et fait la connaissance de sa grand-mère, Marie-Élisabeth MacDonald, ainsi que du reste de sa famille. Malheureusement, une tempête phénoménale les bloque sur l’île et les systèmes de communication sont tous sabotés. Le policier apprend qu’il y a longtemps, le grand-père de Jordan aurait été assassiné et que son meurtrier serait aujourd’hui parmi eux. Costa suppose que Marie-Élisabeth n’a plus toute sa tête, mais quand un premier meurtre est commis, il doit se rendre à l’évidence et le séjour tourne au cauchemar.
Coincé sur une île avec un criminel diabolique en liberté, sans arme et sans moyen scientifique, Matteo n’a que son flair et son intelligence pour mener l’enquête et tenter de débusquer le coupable.
Dans ce huis clos angoissant, Matteo Costa parviendra-t-il à arrêter l’assassin avant qu’il ne commette un autre meurtre ? Une seule vérité demeure : il faut toujours se méfier des apparences et dans cette citadelle écossaise, perdue dans une tempête effroyable, elles pourraient être mortellement trompeuses…

Mon avis

Je remercie une nouvelle fois les Editions du 38 pour ce partenariat et ainsi me permettre de découvrir ce nouveau roman de Gilles Milo-Vacéri qui m’a offert une très belle lecture…

Je me suis plongée dans cette lecture avec une facilité déconcertante. Dès les premières pages j’ai été happée par l’intrigue et attachée aux personnages. L’auteur possède cette plume qui rend les protagonistes tellement humains, réels qu’ils pourraient être un membre de votre famille ou un ami. Matteo Costa et Jordan MacDonald nous apparaissent comme un couple simple et très amoureux. Si l’amour a sa place sans nul doute, la simplicité, elle, n’est que de façade. Matteo est un policier de la criminelle, un fin limier et un excellent élément. Jordan, elle, a caché les origines de sa famille. Et Matteo apprendra en même temps que nous, lecteur, la richesse et l’héritage de cette famille écossaise, mais, également, les malheurs qui la touchent. De la Corse aux plages paradisiaques, le couple partira pour l’Ecosse où la grand-mère de Jordan, Marie-Elisabeth, les attend pour une réunion familiale. D’ailleurs, la vieille femme a rapidement repéré les qualités de Matteo et va l’entraîner dans une enquête qui dévoilera de lourds secrets.

Meurtres, mensonges, tromperies et actions seront de mise dans ce texte. Et lorsqu’un fait est révélé, un autre surprend. Et de fil en aiguille, le lecteur ne sait plus à quel saint se vouer. Derrière quelle identité se cache l’assassin de l’époux de Marie-Elisabeth, retrouvé pendu vingt années plus tôt ? Qui est responsable de ce qu’il se passe sur l’île de Righ Eilan, alors pris au milieu d’une violente tempête ? D'ailleurs cette tempête est à elle seule un élément qui met une pression supplémentaire, lourde et angoissante.

J’ai avalé les pages et quand je pensais être sur le bon fil, arrivait un évènement ou un doute qui remettait tout en cause. Bref, Gilles Milo-Vacéri a l’art et la manière de construire ce genre de thriller qui nous tient en haleine. En sus, l’auteur a ajouté la romance forte entre Matteo et Jordan ainsi qu’un phénomène surnaturel qui donne quelques frissons… mais chut, sinon vous n’aurez aucune surprise !

Bref, quand j’ai terminé ce roman, je ne sais pas pourquoi mais les noms de deux grands auteurs me sont venus à l’esprit. Le titre m’a fait pensé à Mary Higgins Clark et le contexte dans ce château écossais à du Agatha Christie. Bon, j’espère flatter Gilles avec ces comparaisons car pour moi, ce furent les auteurs qui m’ont fait beaucoup apprécier la lecture il y a quelques années. Mais Gilles a sa « plume touch », son style et j’en suis fan depuis deux ans. Pour conclure, comme majoritairement dans ses romans, l’auteur remporte l’un de mes coups de cœur de cette année.

Extrait
Jordan était triste et ne bougeait plus, plongée dans ses pensées.
- Comme je regrette de t’avoir amené ici ! dit-elle, le regardant. Mince, je m’en faisais toute une fête.
- Arrête de dire des bêtises, ma chérie. Allez, viens !
Ils retournèrent s’installer sur le lit et alors qu’elle s’allongeait à côté de lui, il ajouta avec enthousiasme.
- Et si on oubliait le reste du monde ?
Elle céda de bonne grâce et se réfugia dans ses bras. Il la câlina un long moment, tous les deux restant silencieux. Elle finit par s’assoupir, ce qui lui permit de réfléchir et de faire un point rapide.
Sans être critique, la situation était inquiétante et les zones d’ombre beaucoup trop nombreuses à son goût. Il détestait particulièrement ne pas comprendre et ne pas trouver de réponses plausibles à cette foule de questions qui assaillaient sans cesse son esprit déjà confus. Le pire de tout était de devoir subir les évènements sans pouvoir préparer un plan d’action qui lui permettrait d’éviter les mauvaises surprises à venir. Il grimaça à plusieurs reprises, réalisant que le temps qui passait, le menait inexorablement vers une soirée dont il avait tout à craindre, sans même devoir imaginer les futures et probables conséquences.

coup de coeur

un, deux, trois, nous irons aux bois

En partenariat avec

les éditions du 38