TITRE : Total K.O.
AUTEUR : Laurine LAVIEILLE
EDITIONS : Le geste noir

Résumé

Suite à une mutation, Marika Farkas, lieutenant de police marseillaise, débarque à Limoges un soir de pluie. Hantée par l’assassinat de l’homme qu’elle aimait et désormais seule avec Lisa, leur petite fille, elle doit trouver ses marques dans cette ville inconnue, loin des menaces de la cité phocéenne. Mais à peine a-t-elle posé ses valises qu’une étrange affaire l’amène à Peyrilhac, bourgade en pleine campagne, où une jeune femme a disparu dans des circonstances mystérieuses… L’engrenage diabolique de cette enquête nous entraîne dans une histoire où meurtres, passions amoureuses et suspense sont au rendez-vous. Laurine Lavieille nous livre un premier roman sensible sur une femme blessée, qui tente de survivre.

Mon avis

J’ai reçu ce roman lors de la masse critique de Babelio. Même si ce genre de littérature, polar, n’est pas mon favori, il n’empêche que j’ai souvent de belles surprises. Avec Total K.O., j’ai été séduite par le résumé…

A Marseille, Marika, lieutenant de police, a vécu un drame horrible en perdant sa moitié, Sami, lui aussi flic, assassiné par vengeance. Afin de pouvoir avancer et fuir l’horreur, elle se fait muter à Limoges et se retrouve avec de nouveaux collègues de boulot qui ignorent tout de son passé. Sa fille, Lisa, dans ses bagages, elle tente de panser ses blessures. Elle qui était à la brigade des stup, va devoir résoudre une affaire sordide après la mort d’une jeune femme.

Total K.O. est un polar qui présente deux intrigues : une affaire de meurtre et un passé douloureux. Avec l’enquête que Marika va mener avec ses deux collègues, Amel et Martial, on découvre une femme meurtrie, une mère inquiète, et un femme-flic qui s’accroche à son boulot et à sa fille comme à une bouée de sauvetage. Sami est constamment présent dans son esprit. Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est l’humanité des personnages. L’enquête concernant le meurtre est très bien menée, sans excès ou superflu. L’auteur ne décrit pas une héroïne, mais une femme qui pourrait être très bien un membre de la famille ou une connaissance. Marika n’est pas Wonder Woman. Elle a sa force (sa fille) et ses faiblesses (ses blessures qui ne guériront réellement jamais). Si le meurtre de Sami la hante et n’est pas vraiment résolu, elle avance pour sa fille. C’est une mère combative qui a des doutes sur ce qu’elle fait de bien ou non, et une flic dont on sent qu’elle aime son boulot.

La plume de l’auteur est fluide. On rentre sans aucune difficulté dans le texte. Les personnages sont simples et Marika est attachante. Pour conclure, je dirais qu’une nouvelle fois, je suis séduite par un polar. Et Total K.O. n’est pas à considérer comme un polar brut ! Il y a beaucoup de matière et de sentiments divers.

Extrait
Nous enfilons un masque et des gants. Je reste en retrait. Soudain, une sensation de vestige m’envahit. Ce n’est pas le moment, il faut que je garde le contrôle. Je m’agrippe à la rampe qui court le long du couloir. Mon estomac vide gargouille, l’odeur d’éther n’arrange rien. Je regarde le sol quelques secondes, le temps de reprendre mes esprits. Les bouts de ses Weston sur mesure se retrouvent en face de mes rangers qui ont plus de dix ans d’âge.
Il me demande assez sèchement :
« Rassurez-moi, vous avez déjà assisté à des autopsies ? »
J’ai l’impression d’avoir 8 ans et d’être obligée de sauter du grand plongeoir. J’opine de la tête.
« Quelques-unes. C’était juste une chute de tension, ça va aller. »

Total K

 

En partenariat avec

téléchargement (1)