TITRE : En ton âme et conscience
AUTEUR : Claire NORTON
EDITIONS : France Loisirs

Résumé

Evan est un chirurgien reconnu, un beau quadra qui a tout pour plaire. Pourtant il cache un profond traumatisme : à 12 ans, il a vu sa petite sœur Kelsie se faire kidnapper sous ses yeux. Tétanisé par le choc et la peur, il n’a rien pu faire, ce qu’il ne se pardonne toujours pas.

Dans le parc de l’hôpital, Evan est abordé par un petit garçon de 10 ans, plutôt dégourdi, qui veut absolument engager la conversation avec lui. Il affirme que Kelsie est vivante mais qu’elle court un grand danger. Le petit garçon promet de le conduire à sa sœur, mais à une condition qui pourrait faire basculer la vie d’Evan…

Mon avis

Je remercie une nouvelle fois Alexandra de m’avoir proposé ce service presse. Si le résumé me paraissait assez accrocheur, j’avoue que j’avais une petite appréhension en commençant la lecture. Au final, je me suis régalée : il n’y a pas d’autres mots pour dire le plaisir que j’ai eu en découvrant ce roman. Seul bémol : la couverture. Je ne trouve pas qu’elle soit vraiment représentative de l’intrigue du texte.

Evan et Kelsie sont deux frères et sœurs dont la vie de famille va être chamboulée par la disparition de la petite fille qui sera enlevée sous les yeux de son frère. Vingt-cinq ans plus tard, Evan va rencontrer un jeune garçon qui lui annonce que sa sœur est toujours vivante. En échange de son aide pour la retrouver, il lui demande de convaincre une jeune femme, Lena Troyd, artiste photographe, de débrancher son frère dans le coma suite à un accident de ski.

L’auteur va nous présenter plusieurs personnages dont les chemins vont se croiser dans le texte, parfois brièvement, parfois pour une raison précise, mais tout a un sens ! L’intrigue est très bien menée. L’auteur n’a pas laissé les choses au hasard et tout a une explication. C’est d’ailleurs ce que j’ai vraiment apprécié…

En plus de l’intrigue concernant la disparition de Kelsie, un mystère plane sur le jeune garçon qu’Evan surnomme affectueusement Casper. L’auteur va nous permettre de plonger dans ce monde qui nous est méconnu et souvent craint car totalement inconnu : le passage de la vie à la mort. Ces instants sont d’autant plus importants dans ce récit qu’Evan est un chirurgien réputé. Il est témoin de miracle et de décès éprouvant. Il voit des familles détruites par des accidents parfois produits par des inconscients. Dans le roman, nous avons le cas de cette famille presque anéanti par un chauffard drogué. Le père et ses trois enfants percutent le véhicule et seul un des enfants s’en sort mais dans un état critique qui nécessite une greffe. Comment la mère de famille peut surmonter une telle épreuve ? Cette mort qui représente souvent une fin définitive n’est pas dévoilée comme telle. Elle peut être signe de libération de la douleur ou de la survie pour une autre personne.

La douleur et les épreuves lues dans ce roman peuvent arriver à n’importe lequel d’entre nous. De ce fait, il est facile d’éprouver de l’empathie pour les personnages, mais comme ils sont quelques uns et que l’autre passe d’un point de vue à l’autre, il est un peu plus difficile de s’y attacher. Toutefois, le passé de l’un d’entre eux m’a touche. Evidemment, je ne peux dire lequel au risque de spolier l’histoire.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture, j’ai été surprise de voir à quel point je me suis rapidement plongée dans le récit. La plume est très bien tournée et l’intrigue surprenante. J’ai aimé et je conseille ce roman sans hésitation. Je ne suis pas loin du coup de cœur.

Extrait
L’enfant retraça le déroulement précis du kidnapping, raconta les cris de Kelsie, dépeignit l’homme… Les souvenirs enfouis par Evan rejaillirent d’un seul coup. Ce récit détaillé augmentait de manière exponentielle la crédibilité du gamin qui se tenait devant lui. Evan se passa les deux mains dans les cheveux pour reprendre ses esprits.
L’enfant enchaîna :
- Brenda a grandi avec le souvenir permanent du regard de votre sœur, qui n’a cessé de hanter les jours et nuits de son enfance. La culpabilité la rongeait. Cela s’est un peu tassé avec le temps. Elle est parvenue à faire de brillantes études de mathématiques, s’est mariée, puis a emménagé à New York. Rapidement, une petite fille est arrivée. Un jour, dans un grand magasin de Manhattan, une démonstratrice lui a tendu un échantillon de parfum. Sur son poignet apparaissait une cicatrice en forme d’étoile, et lorsque leurs yeux se sont croisés, Brenda a immédiatement reconnu la petite Kelsie. Brenda s’est enfuie, choquée.
Evan savait qu’il ne s’agissait en fait pas d’une cicatrice mais d’un angiome congénital.

En ton âme et conscience

En partenariat avec

Logo_FranceLoisirs_Quadri